titre immobilier-sans-detour Estimations gestions Lotisements BAREME
contact mail
Articles
- Les divisions foncières seraient elles réservées aux marchands de biens?
-  En matière d'urbanisme, il n'y a pas d'état de droit. (3)
- POMPIGNAC : Refus de division annulé par le Tribunal administratif
- Expropriation et spoliations
- En matière d'urbanisme, il n'y a pas d'état de droit.
- Lorsque les contrôles d'assainissement laissent sceptique...
- Le délire juridique de la constitution de gage-espèces pratiquée dans les ventes sous seing privés rédigées par les notaires.
- Pour ne pas risquer la prison en n’affichant pas le montant dissuasif de leur commission dans les annonces, les agences à tarif fort devraient en plus la faire assujettir aux droits de mutation.
- Quand les grandes enseignes tentent par tous moyens de préserver leurs tarifs exorbitants
- Barème comparatif
- Les disparités de tarifs
- Résilier un mandat d'agent immobilier avant son échéance
- Les vices cachés
- Quelle est la valeur de sa maison ?
- La supercherie du « qui paie la commission?»
- Les Bâtiments de France.
- Vendre un terrain par lots.
- Géomètres Utilité et tarifs a géométrie variable.
- Attention aussi à l'acte notarié.
- S.S.P. Agent immobilier ou notaire
- L'éternel scandale des frais de notaire.
- Quand les avocats veulent manger le gâteau des notaires
- Perspectives notariales
- La SCI vers une nouvelle philosophie du patrimoine.
- Avantages cachés de la SCI
- Quand dans leur guerre commerciale contre les agents immobiliers, les notaires franchissent largement la ligne blanche.
- Mandat d’achat ou mandat de vente ?
- La vente en viager
- Attention aux contrats de prêt
- La « garantie revente »
- Urbanisme et souci du bien public avant 1789
- Maisons Fissurées
- Les dangers des lignes à haute tension
- Géobiologie
L'immobilier sans détours

Les dangers des lignes à haute tension

    Une évolution inexorable vers leur condamnation

     L’étude britannique sur les lignes haute tension et les cas de leucémies chez l’enfant publiée en juin  par des chercheurs de l’université d’Oxford a ouvert une « nouvelle époque » dans l’évaluation de ce risque, selon un responsable d’EDF-RTE, Jacques Lambrozo. « La surprise a été totale », a-t-il déclaré jeudi, lors de rencontres parlementaires consacrées au thème « électromagnétisme et santé ».

    Portant sur plus de 29.000 enfants souffrant de cancer, dont 9.700 de leucémie, cette étude a montré que le risque de leucémie augmente de 69% pour les enfants dont le domicile se trouve à moins de 200 mètres des lignes haute tension au moment de leur naissance et de 23% pour ceux domiciliés à une distance située entre 200 et 599 mètres, par rapport à ceux nés à plus de 600 mètres, a rappelé Gerald Draper, principal auteur de ces travaux.

    Plusieurs explications ont été recherchées (particules ionisées sous l’effet des lignes haute tension qui seraient ensuite inhalées, peintures recouvrant les pylônes, utilisation d’herbicides...), car on ne savait pas expliquer l’effet des champs électromagnétiques à une distance supérieure à 200 mètres, a-t-il relevé.

    Cette étude ouvre, selon Jacques Lambrozo, une « troisième époque » dans l’évaluation du risque, rappelant aussi une « autre date importante » en 2000, lorsque d’autres travaux avaient montré que le risque de leucémie s’accroît chez l’enfant lorsque le champ magnétique est supérieur ou égal à 0,4 microtesla. Le risque augmente à partir d’une exposition de 0,2 microtesla et est multiplié par deux pour un niveau supérieur à 0,4 microtesla, sans que le rapport de cause à effet soit expliqué, ce qui a conduit le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) à classer les très basses fréquences comme « cancérogènes possibles », a rappelé son directeur Peter Boyle.

    Compte tenu du pourcentage d’enfants potentiellement exposés, « entre 200 et 2.000 cas de leucémies infantiles dans le monde entier seraient imputables aux champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence chaque année, sur les 11 millions de nouveaux cas de cancers recensés », a-t-il précisé.

     En Italie, « deux à douze cas de leucémies » par an pourraient en résulter, a estimé Gilles Brücker, directeur de l’Institut de veille sanitaire (InVS), notant qu’il faudrait des enquêtes épidémiologiques « extrêmement larges » pour réussir à les déceler. Compte tenu de la population exposée, un risque « faible et difficile à cerner n’est pas pour autant négligeable », a-t-il reconnu, précisant qu’une étude était prévue sur vingt ans, sur 10.000 à 20.000 enfants de la conception à l’âge adulte.

    Pour la présidente du CRIIREM (Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les RayonnementS Electromagnétiques), Michèle Rivasi, les incertitudes quant aux risques signifient au moins « qu’il ne faut plus construire de maisons à proximité des lignes haute tension ».

    Au bout de six longues années de procédure, la Justice a condamné EDF, par l’intermédiaire de son Réseau de transport d’électricité, à dédommager à hauteur de 390.000   des éleveurs corréziens qui ont vu leur exploitation atteinte par des champs électromagnétiques.

     Ce jugement, en date d’octobre 2008, est sans précédent. Mais d’ores et déjà, on sait que la Société Réseau de Transport d’Electricité (RTE) fera appel de cette décision de justice : «  C’est la première fois qu’un tribunal se prononce contre RTE mais toutes les procédures contre les juridictions administratives ont toujours été rejetées « , a déclaré M. Olivier Jallet, chef de la mission communication et environnement juridique à RTE Sud-Ouest.

    En 2012, EDF-RTE aura eu finalement gain de cause en Cassation – haut-lieu de la raison d’état - malgré l’interview en Italie faite le 21 mars 2008 par Mme la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie d’alors, Nathalie Kociusko-Morizet : «  Il est indéniable que ces rayonnement magnétiques, émis par les lignes haute tension ou par d’autres sources posent un certain nombre de problèmes. On a eu trop tendance à dire qu’il n’existait pas. Je voudrais que l’on fasse plus de recherches sur le sujet. »

    Conclusion de l’agent immobilier

    Même si la nocivité des lignes à HT et THT est controversée, et quand bien même elle ne résulterait que de vues de l’esprit, compte tenu de l’augmentation exponentielle des articles inquiétant à ce sujet sur internet, ( bien que submergés par ceux d'ERTE et ses sbires) et du nombre de pays aussi peu civilisés que les états unis, les pays du nord, la suisse ou l’Italie qui interdisent les constructions à usage d’habitation à proximité des lignes THT et HT, il est certain que l’investissement immobilier à proximité des lignes HT et THT est à déconseiller en tant que placement de bon père de famille.

 

Janvier 2011

X.N.

Sommaire