titre immobilier-sans-detour Estimations gestions Lotisements BAREME
contact mail
Articles
- Les divisions foncières seraient elles réservées aux marchands de biens?
-  En matière d'urbanisme, il n'y a pas d'état de droit. (3)
- POMPIGNAC : Refus de division annulé par le Tribunal administratif
- Expropriation et spoliations
- Lorsque les contrôles d'assainissement laissent sceptique...
- Le délire juridique de la constitution de gage-espèces pratiquée dans les ventes sous seing privés rédigées par les notaires.
- Pour ne pas risquer la prison en n’affichant pas le montant dissuasif de leur commission dans les annonces, les agences à tarif fort devraient en plus la faire assujettir aux droits de mutation.
- Quand les grandes enseignes tentent par tous moyens de préserver leurs tarifs exorbitants
- Barème comparatif
- Les disparités de tarifs
- Résilier un mandat d'agent immobilier avant son échéance
- Les vices cachés
- Quelle est la valeur de sa maison ?
- La supercherie du « qui paie la commission?»
- Les Bâtiments de France.
- Vendre un terrain par lots.
- Géomètres Utilité et tarifs a géométrie variable.
- Attention aussi à l'acte notarié.
- S.S.P. Agent immobilier ou notaire
- L'éternel scandale des frais de notaire.
- Quand les avocats veulent manger le gâteau des notaires
- Perspectives notariales
- La SCI vers une nouvelle philosophie du patrimoine.
- Avantages cachés de la SCI
- Quand dans leur guerre commerciale contre les agents immobiliers, les notaires franchissent largement la ligne blanche.
- Mandat d’achat ou mandat de vente ?
- La vente en viager
- Attention aux contrats de prêt
- La « garantie revente »
- Urbanisme et souci du bien public avant 1789
- Maisons Fissurées
- Les dangers des lignes à haute tension
- Géobiologie
L'immobilier sans détours

Perspectives notariales

    Le notaire a pour fonction d’authentifier des actes, dont notamment, ceux qui doivent l’être pour pouvoir être publiés.  Certains sont rémunérateurs, d’autre moins, comme certains clients « rapportent » et d’autres pas. C’est dans un esprit de compensation, que sous l’ancien régime, un notaire refusant de rédiger un acte pour un pauvre risquait la corde.

    Or, le notaire a vu son influence de conseiller patrimonial des familles fondre avec la dispersion de celles-ci, au profit des banquiers, comptables, et autres spécialistes.

     En outre,  la complexification du droit et l’étendue exponentielle de leur champ de compétence fait d’eux des juristes trop généralistes pour être à priori qualifiés pour traiter de tout ce qui se présente à eux sans étude préalable des dossiers – ce qui est loin d’être dans leurs usages -.

     Les avocats n’auront cesse de battre leur monopole des actes de vente en brèche et y parviendront un jour ou l’autre sous une forme ou une autre avant que le consommateur ne réalise que la mise en cause de leur responsabilité est pour le moins difficile.

    Les notaires s’attaqueront alors plus que jamais au maillon faible qu’est l’agent immobilier non qualifié pour le supplanter. Il suffirait en effet de faire réapparaître la volonté louable du législateur de 1991 de soumettre la rédaction d’acte de vente d’immeuble sous seing privé à la détention d’une licence en droit pour que le notariat reprenne des couleurs…

    Mais alors, les agents immobiliers qualifiés les supplanteront à leur tour dans la publication des ventes pour être plus spécialisés qu’eux. Ceux-ci rempliront enfin pleinement leur fonction économique comme aux USA où les notaires n’existent pas pour n’avoir, eux, aucune raison économique d’exister.

Mars 2011

X.N.

Sommaire